De vieux déchets nucléaires envoyés au fin fond de l’espace

Crédit: NASA

L’État britannique veut se débarrasser des déchets nucléaires créés par leurs centrales. La solution : envoyer ces déchets au fin fond de l’espace. Comment? En utilisant ces matières pour produire de l’énergie servant à réchauffer ou propulser des sondes spatiales.

L’idée n’est pas neuve. De fait, les Américains utilisent déjà le plutonium 238 pour ses sondes ou ses robots. Les matières radioactives créant l’énergie nécessaire lorsque le rayonnement solaire n’est plus suffisant.

Les scientifiques britanniques récoltent de l’Americanium 241 en recyclant leurs déchets nucléaires. L’americanium 241 est un isotope adapté à des tâches de ce genre, bien que moins efficace que le plutonium 238. Il semble ainsi que l’Agence spatiale européenne veuille se départir de sa dépendance au plutonium 238, disponible seulement aux États-Unis et en Russie.

Selon le communiqué, l’americanium 241 pourrait aussi servir à générer de l’électricité pour des bouées en haute mer ou pour des ondes sous-marines. Des pays comme la Chine et l’Inde auraient déjà montré leur intérêt à acheter le matériel.

Cette réorganisation de la gestion des déchets radioactifs est certainement une bonne nouvelle pour l’Angleterre, mais probablement un bien moins bonne pour l’environnement. La prolifération d’engins nucléaires de toute sorte n’est certainement pas une bonne façon de limiter la pollution atomique.

Les déchets radioactifs ont une durée de vie qui dépasse celle de bien des générations d’humains. Quelle pollution marine ces sondes et bouées laisseront-elles? Difficile de le prévoir. On sait déjà que les abysses marins ne sont pas les déserts que l’on croyait : peut-être aura-t-on des surprises similaires dans l’espace.

Source: Phys.org