L’Inde s’envolera vers Mars

Crédit: ISRO.org

En novembre 2013, une fusée devrait s’envoler de l’Inde en direction de Mars. La mission marquera, selon le premier ministre Manmohan Singh, un pas scientifique important pour le pays. Ainsi, l’Inde poursuit son ascension parmi les nations spatiales importantes.

L’annonce a évidemment soulevé le débat à savoir si l’Inde devrait faire une priorité de l’exploration spatiale alors que des milliers de ses citoyens peinent à se nourrir. Ce problème a été soulevé aux États-Unis, qui ont aussi à faire face à la pauvreté dans leur population, et la réponse a été de se tourner vers les entreprises privées.

Les tenants de l’exploration de l’espace disent que celle-ci est un projet pour l’humanité entière et que tous vont en bénéficier. Dans les faits, il n’est pas si évident que les missions Apollo ont aidé à améliorer le niveau de vie aux États-Unis, bien que le programme ait certainement créé des emplois payants et des avancées importantes en technologies militaires.

L’exploration de l’espace coûte cher, mais les pays en développement ne veulent pas être mis de côté dans cette course vers de nouvelles ressources naturelles. L’exploration spatiale est, en quelque sorte, un débouché pour le capitalisme.

Les ressources terrestres se raréfient de jour en jour.  Le manque de ressources éventuel et la difficulté grandissante qu’ont les nations à maintenir une croissance économique forte pourraient être contrebalancés en trouvant de nouvelles ressources dans l’espace, augmentant l’économie terrestre de biens qui sont produits en dehors de son orbite. Pour ce système économique mis à mal, c’est un espoir… qui ressemble drôlement à un respirateur artificiel.