Une trachée pour les cyborgs

Une trachée pour les cyborgs

Le corps humain continue sa route vers la machine. Une équipe internationale de médecins a réussi la transplantation d’un larynx synthétique sur deux patients en Russie. La trachée artificielle avait été modelée selon leurs organes originaux et enduite d’une couche de leurs propres cellules souches, prévenant ainsi tout rejet.

La pièce à transplanter mesure environ 5 cm et représente une section de la trachée ainsi que l’arc et la plaque cricoïdiens qui forment les bases d’un anneau cartilagineux du segment inférieur du squelette laryngé.

Ces corps synthétiques ont été développés dans des bioréacteurs créés par l’entreprise Harvard Biosciences. La trachée y était placée pendant deux jours au long desquels le bioréacteur assurait le développement de la couverture de cellules tirée de la moelle osseuse des patients.

Les deux personnes opérées avaient subi des dommages à leurs larynx au cours d’accidents de voiture et avaient du mal à parler et à respirer. Selon l’équipe de médecins, ces deux fonctions étaient complètement rétablies après l’opération.

Une chirurgie du genre avait été réussie l’an dernier, mais cette pièce de larynx artificielle représente la transplantation synthétique la plus complexe à ce jour. Le développement des cellules souches pour prévenir le rejet d’implants montre, de nouveau, à quel point elle est une méthode prometteuse.

Comme l’écrivait Olivier Dyens dans chair et métal il y a déjà plusieurs années, les humains d’aujourd’hui sont déjà des cyborgs. Notre conception du corps comme machine biologique alimente notre traversée vers un corps hybride, plus facile d’entretien, aux pièces interchangeables au besoin.

Évidemment, reste la question éthique. Ce sera pour une autre fois.

Source: New Scientist